Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Édition 2023


Situations et intersections. Tracer de nouvelles lignes de fuite


Cette cinquième édition du Symposium de philosophie féministe se tiendra du 25 au 27 janvier 2023 à l’Université de Montréal.

C’est depuis notre situation – incarnée, géographique, sociale, etc. – qu’en ouvrant les yeux, le monde se révèle à nous. Si elle nous confère tantôt une perspective privilégiée sur les nombreux visages de l’oppression, elle peut aussi nous les masquer. Partant de notre situation, nous pouvons tant caresser des rêves, saisir les mains qui nous sont tendues, que dénoncer celles qui s’abattent sur nous, celles qui tentent de restreindre nos potentialités. Émergent ainsi des relations qui nous rassemblent et nous divisent, qui conditionnent notre vécu, nos privilèges et nos vulnérabilités. Dans leurs entrelacs, des solidarités diverses voient le jour. Si certaines d’entre elles ont déjà tracé de nouvelles lignes de fuite, ouvrant ainsi des espaces inédits pour vivre, lutter et désirer, d’autres possibilités réclament encore d’être explorées.

En contraste avec la tradition philosophique occidentale, les philosophies féministes et décoloniales ont levé le voile sur l’importance de thématiser et de problématiser la position que nous occupons dans le monde. Incarné·e·s, nous prenons place au sein de réseaux de relations: une situation qui charrie son lot de présomptions et de conséquences, aux niveaux tant théorique que pratique. En dialogue avec ces philosophies, nous souhaitons à notre tour interroger ces concepts. Quels sont nos ancrages dans le monde ? Depuis ceux-ci, qu’est-il possible de connaître, d’imaginer et de créer ? Qui rencontrons-nous dans les limites imposées par notre situation ? Comment envisager les intersections des luttes et des solidarités: quelles sont leurs formes d’expression ? Comment bâtir et habiter des lieux artistiques, militants et intimes qui créent des ponts entre nous et les autres ? Vers quels mondes, qu’ils soient pour l’instant seulement désirés ou bien déjà échafaudés, nos idées et nos actions nous poussent-elles ? En quoi notre situation représente-t-elle tantôt un tremplin et tantôt un obstacle à ces projets ?

Les communications pourront s’intéresser à toute question féministe touchant directement ou indirectement les thématiques suivantes:

  • Épistémologie sociale :
    • Épistémologies de l’ignorance, pensées décoloniales et antiracistes, injustices épistémiques, etc.
  • Sujets et structures :
    • Théories critiques de la race, féminismes matérialistes et néomarxistes, Disability Studies, phénoménologies critique et féministe, etc.
  • Relationnalité, dépendance, inter-dépendance :
    • Ontologie, éthiques du care, philosophies de la violence, etc.
  • Sexualités, genres et identités :
    • Enjeux politiques et philosophiques liés à la sexualité, études queer, etc.
  • Espace(s) :
    • Espaces de vie, urbanité, ruralité, communautés, éco-féminismes, pensées autochtones, etc.

Nous tenons à reconnaître que l’Université de Montréal est située sur des terres où différents Peuples autochtones ont interagi les uns avec les autres. Nous souhaitons reconnaître et saluer les gardiens et gardiennes du territoire sur lequel l’Université de Montréal se trouve, les membres de la nation kanien:keha’ka (mohawk).  Nous voulons exprimer notre respect envers les anciens et les anciennes du passé, du présent et celleux du futur, et reconnaître la contribution des Peuples autochtones à la culture des sociétés autour du monde.

Publicité
%d blogueurs aiment cette page :